Tous les articles par Nicolas Delerue

« La Bombe et Nous », sortie nationale en salles le 1er novembre

 Nous avons déjà signalé plusieurs projections « militantes » de ce film-documentaire du réalisateur Xavier-Marie Bonnot (producteur Jean-Claude Bauduret), auxquelles nombre d’entre vous ont assisté et nous les en remercions.
 Ce message pour vous annoncer, pour ceux qui l’ont raté ou qui souhaitent le signaler à des amis ou collègues, sa sortie commerciale le 1er novembre au cinéma « La Clef » (Paris 5e) et ailleurs en France, certaines séances étant encore suivies d’un débat.
La liste des projections figure sur le site  http://www.la-bombe-et-nous.com  où vous trouverez aussi d’autres informations sur le film.

SYNOPSIS

Sommes-nous pris au piège de l’arme nucléaire ? Peut-on vivre sans elle ? Peut-on penser le monde autrement que par un équilibre de la terreur ? Est-elle, au contraire, un gage de paix et de stabilité ? Depuis la naissance même de l’engin ces questions alimentent les peurs les plus terribles et les discours les plus dangereux. Avec des intervenants de tous bords : militaires, scientifiques, historiens, militants, hommes politiques, ce film se propose de porter la réflexion sur l’actualité et l’avenir du nucléaire militaire.  Durée: 1h15

« Les armes nucléaires ne résoudront aucun conflit » : lettre ouverte à Emmanuel Macron

« Les armes nucléaires ne résoudront aucun conflit » : lettre ouverte à Emmanuel Macron

Trois députés Europe Ecologie enjoignent le président de la République à s’engager pour un désarmement nucléaire mondial.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170926.OBS5172/les-armes-nucleaires-ne-resoudront-aucun-conflit-lettre-ouverte-a-emmanuel-macron.html

Retourner le biquet

Retourner le biquet par Hervé de Truchis

Après le vote du 7 juillet de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires

Il faut débattre démocratiquement de l’abandon de la dissuasion nucléaire

 

Dans le film d’Oliver Stone, Conversations avec Poutine[i], on entend ce dernier dire Nous avons beaucoup trop d’armes nucléaires, c’est très dangereux. On sait qu’Obama pensait de même sur ce sujet et souhaitait que le désarmement nucléaire se poursuive. Le 7 juillet 2017 a été adopté par l’ONU le Traité d’interdiction des armes nucléaires, élaboré par 135 états. Ce traité devrait imposer à la Nouvelle Assemblée Nationale française de le ratifier et de bannir toutes nos armes nucléaires de nos arsenaux. Le Traité interdit à tout Etat de s’engager dans le développement, le test, la production, la fabrication, la possession ou le stockage d’armes nucléaires ou d’autres dispositifs nucléaires explosifs. De même il interdit à tout Etat de s’engager à utiliser ou à menacer d’utiliser les armes nucléaires ou d’autres dispositifs nucléaires explosifs. Je pense que les armes à uranium appauvri (U238) sont comprises dans le champ d’application de ce traité au titre de dispositifs nucléaires explosifs. Le traité a été signé par 122 voix pour, 1 contre, 1 abstention.

L’origine de ces négociations remonte au 23 décembre 2016 où le vote de la résolution L41 à l’Assemblée Général des Nations Unies (AGNU) à une large majorité a ouvert la voie à une conférence ayant pour objectif la négociation d’un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaire en vue de leur élimination complète[ii].

Comment se fait-il qu’imperturbablement la France reste absente de ces négociations, et pire qu’elle les condamne, ainsi que les 8 autres Etats possédant des arsenaux nucléaires ? Que ce soit sous Sarkozy, Hollande et maintenant Macron, la dissuasion nucléaire, l’entretien et le perfectionnement des armes nucléaires ne sont l’objet d’aucun débat devant la représentation nationale. Bien pire, après l’adoption de ce Traité ONU du 7 juillet, la France, les USA et le Royaume Uni ont signé un communiqué commun disant que ce texte méprise clairement les réalités de l’environnement sécuritaire international. Beaucoup penseront que c’est ce genre d’ignorance des dangers du nucléaire militaire manifestée par cette réaction qui est méprisable. Pourtant quand on les interroge, les français ont un avis sur la question : en 2012 un sondage (fait à l’initiative de Mouvement de la Paix, Témoignage Chrétien, Parti Communiste Français, Gubbio) indiquait que plus de 80% des sondés étaient pour l’abandon complet de notre dissuasion nucléaire et pour arrêter de poursuivre la recherche sur ces armes et leur perfectionnement. Laisser les décisions entre les seules mains de certains militaires et de politiques (qu’est-ce que connait Macron de ces questions ?) est dangereux : nous devons donner notre avis après avoir été informés par des débats sérieux, documentés et ouverts. Nous devons réclamer ces débats.

Le président Macron, reprenant en cela son prédécesseur, a indiqué que le budget de la défense devrait monter à 2% du PIB, comme certains stratèges militaires qui affirment : avec 2% du PIB nous serons bien défendus. Comme si l’argent était le seul critère de sécurité ! Alors qu’il apparait de plus en plus clairement aux opinions publiques et à certains chercheurs que les armes nucléaires sont complètement inadaptées aux conflits actuels tout en restant très dangereuses. C’est à juste titre que le texte introductif du traité dit que les armes nucléaires ne doivent être utilisées en aucune circonstance, rejetant l’hypocrite et irréaliste excuse (à leur emploi) « sauf en cas de légitime défense ».

On peut espérer que ce traité va pousser la France à réviser complètement sa stratégie de dissuasion nucléaire obsolète, coûteuse, inefficace et dangereuse. Le projet d’augmenter de 3.5 à 6 milliards d’euro/an d’ici 2020 la modernisation et l’entretien des armes nucléaire de la dissuasion est une folie qui va contre l’histoire et la raison. La France doit ratifier ce traité sans tarder.

S’inquiéter d’un tir de missile, possiblement intercontinental, par la Corée du Nord permet au complexe militaro-industriel de maintenir la pression : il ne faut pas baisser les bras, l’arme nucléaire est notre garantie de survie (qui veut nous attaquer ?), nous place parmi les grands…et autres slogans surannés (plus commerciaux que raisonnés). Pendant que Trump fait parader ses bombardiers dans les parages des Corées… alors que personne, mais vraiment personne n’imagine une seule seconde que la Corée du Nord menace les Etats-Unis. Se rappelle-t-on que le traité de paix entre les deux Corées n’a toujours pas été signé depuis plus de 60 ans après un conflit (1.5 millions de morts), où le Nord était soutenu par l’URSS, le Sud par les USA ? Ce qui permet aux USA d’entretenir une base militaire en Corée du Sud, et donc maintient une tension inutile entre les deux régimes. Ainsi les agissements des grands dans cette région sont exactement à l’inverse d’une recherche efficace de paix.

Comparaison n’est pas raison, mais pour me faire comprendre…Quand le fromage de chèvre, le biquet, est mis à sécher dans une claie grillagée, il faut le retourner régulièrement, sinon il moisit par la base et est immangeable. La dissuasion nucléaire est moisie par sa base, trop longtemps assise sur des certitudes non remises en question. Il faut retourner le biquet.

Hervé de Truchis, 09.07.2017

Auteur de Désarmement nucléaire/urgence, la guerre nucléaire est commencée

L’Harmattan 2014

 

[i] Diffusé sur France 3 le 28 juin 2017

[ii] Voir la Note d’analyse du 12 juin 2017 de Jean-Marie Collin, chercheur au GRIP, Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité et directeur France et pays francophones du Réseau international des Parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement.

Lettre au président de la République sur la conférence 2017 à l’ONU pour un traité d’interdiction des armes nucléaires

Paris, le 12 juin 2017

Objet : conférence 2017 à l’ONU pour un traité d’interdiction des armes nucléaires

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris au nom de l’Association Française pour le Mouvement Pugwash, branche française du mouvement international de scientifiques qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1995, en reconnaissance de ses efforts pour des solutions pacifiques aux conflits mondiaux et ses alertes sur les dangers de l’arme nucléaire.

Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter pour vos débuts impressionnants sur la scène internationale, où vous avez montré que la France peut affirmer des opinions différentes de celles des Etats-Unis et de la Russie.

Il est par contre un sujet sur lequel la position de la France, alignée sur celle des Etats-Unis et de la Russie, fâche de nombreux pays : il s’agit des armes nucléaires.

Du 15 juin au 7 juillet prochains, l’ONU va abriter à New York des négociations qui marqueront l’histoire, visant à rédiger un traité d’interdiction des armes nucléaires, dans la lignée des traités d’interdiction d’autres armes de destruction massive, les armes chimiques et biologiques. Lors de la phase précédente des négociations, en mars 2017, 132 pays étaient présents mais pas la France, ni les Etats-Unis, ni la Russie.

Lors de votre campagne électorale vous avez insisté sur l’importance du dialogue. Pourquoi refuser à ces pays un dialogue qu’ils demandent ? Si la majorité des pays de notre planète, y compris certains de nos alliés et amis, demandent un nouveau traité complétant le Traité de non-prolifération (TNP), c’est parce que celui-ci a montré ses limites et qu’il doit être renforcé. Ce n’est pas en pratiquant la politique de la chaise vide que la France va aider à répondre aux inquiétudes de la majorité des pays du monde, ni agir pour une plus grande sécurité mondiale. Par ailleurs, toute critique ultérieure et demande de révision du traité d’interdiction qui va voir le jour ne seront pas crédibles de la part d’un pays qui n’aurait pas participé à son élaboration.

La France doit assumer son rôle moteur dans la diplomatie internationale, et il nous semble important qu’elle participe aux négociations qui s’ouvrent à New York. Il s’agit de franchir un pas décisif dans la mise en œuvre du Manifeste de Russel-Einstein (1955) qui motiva la création du Mouvement Pugwash. Les membres de sa branche française, professeurs ou chercheurs, sont à votre entière disposition pour dialoguer à ce sujet.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mon profond respect.

Annick Suzor-Weiner, Professeur des Universités
Présidente de l’Association Pugwash-France